Présentation du projet LIFE OREKA MENDIAN aux enchères de bétail d’Arkaute

Dans le cadre du programme d’Enchères officielles de bétail bovin, ovin et équin de montagne du Pays Basque, qui a eu lieu les 21 et 22 avril 2018 à Arkaute (Alava) (http://www.lorra.eus/es/subasta-oficial-de-ganado-de-arkaute-2/), le projet LIFE OREKA MENDIAN « Conservation et gestion des pâturages de montagne du Pays Basque » a été présenté aux techniciens, gestionnaires, éleveurs et assistants en général.

Les races participant à ces enchères (pyrénéenne et Terreña pour les bovines, Latxa pour les ovines et cheval de montagne du Pays Basque pour les races équines) sont des animaux faisant partie des exploitations d’élevage de pâturage extensif de montagne, objet de l’étude du projet LIFE OREKA MENDIAN, au printemps et en été et durant une grande partie de l’automne.

Les agro-écosystèmes pastoraux dont l’origine est cette utilisation de « transtermitance » (transhumance courte) du territoire par les exploitations d’élevage, sont soumis à une longue histoire de pastoralisme par des sociétés d’élevage bien adaptées. Dans ces cas, le pastoralisme, loin d’être une perturbation, est une partie essentielle du système, un élément à part entière, nécessaire pour maintenir ses caractéristiques et ses espèces. L’être humain, en tant que dynamisateur de ces agro-écosystèmes prend des décisions concernant le bétail (type d’animaux, races, charges d’élevage), la structure de la végétation (débroussaillages, enclos, reforestations), l’amélioration de la fertilité du sol (fertilisation, types et doses d’engrais, chaulage), en définitive il façonne et configure le paysage de montagne

Agro-écosystème sain

Toutes les décisions et les règles d’usage se reflètent sur l’écosystème, tout en provenant des facteurs abiotiques et biotiques du milieu. L’agro-écosystème sera sain s’il fonctionne bien dans tous les processus principaux de production primaire, décomposition, recyclage de nutriments, etc. et s’il est capable de changer et d’évoluer à long terme. Les agro-écosystèmes varient énormément en fonction de l’intensité de la gestion humaine. À ce sujet et en ce qui concerne la biodiversité, il est important de souligner que les agro-écosystèmes de faible intensité, tels que les pastoraux, dépendant des entrées (inputs) externes à un niveau bas, ont toujours été des sources importantes et des garanties de biodiversité.

C’est dans ce contexte général que s’inscrit le projet LIFE OREKA MENDIAN, dont le but principal est de proposer des scénarios d’usage en harmonie avec le potentiel écologique et les besoins des utilisateurs dans les régions de montagne comme le Pays Basque, en contribuant ainsi à la conservation des pâturages de montagne, et surtout à la revitalisation du milieu rural.

.